Le contrat comme artéfact social

SINECORE – Réalisé à l’hiver 2017 avec la collaboration d’André Bélanger, professeur à la Faculté de droit de l’Université Laval.

Texte de la conférence :

Balado à visionner à propos du contrat comme artéfact social :

Références suggérées à propos du contrat comme artéfact social :

– Adorno,Théorie esthétique, Paris, Klincksieck, 1974.

– Arendt, “The Crisis in Culture: Its Social and Its Political Significance”,inH. Arendt, Between Past and Future : Eight Exercises in Political Thought, New York, Penguin Books, 1993, 197-226.

– Bélanger,« Le contrat d’assurance contemporain et la réification des parties », (2011) 56:2R.D. McGill, 317-348.

– Bélanger, « From the Reification to the Re-humanization of the Contractual Bond? », dans B. Melkevik (dir.), Standing Tall, Hommages à Csaba Varga, Budapest, Pazmany Press, 2012, 45-63.

– Bélanger, Théorisations sur le droit des contrats, Propositions exploratoires, coll. Dike, Québec, PUL, 2014.

– Bélanger,« Le temps contractuel: Réflexions rapides et métaphores précipitées autour de l’accélération de la vie sociale », dans V. Caron & al. (Dir.), Les oubliés du Code civil du Québec, Montréal, Thémis, 2015, 117-141.

– Bélanger,« Le contrat à titre d’outil d’effacement social? Quand l’art se fait juge », (2015) 1Les Cahiers PSD, 73-81.

– Bélanger & A. Bordeleau, »Art, Architecture and Law: The Architectural Project and the Legal Contract as Social Artefacts », (2014) 4(3)Architecture_MPS[en ligne].

– Bélanger & A. Bordeleau, »Material antagonism: art, law and architecture in Santiago Sierra’s work », in Sandra Karina Löschke (Ed.),Materiality and Architecture, London, Routledge, 2016, 81-99.

– Bélanger & A. Bordeleau, « L’architecture d’Auschwitz, le droit et l’art », (2017)C. de D.58(2), 107-136.

– Bélanger & P. Dufour, « Le droit et l’art contemporain, visées heuristiques et critiques », dans S. Bernatchez & L. Lalonde (Éd.),Approches et Fondements du droit, Cowansville, Éditions Yvon Blais, 2018 (à paraître).

– Bélanger & J.Joelle Manekeng Tawalli,« Au-delà de l’utilitarisme, le don plutôt que le relationnel dans le contrat d’assurance », (2009) 50 C. de D., 37-75.

– Bélanger,V.-D. Moraru et A. Van Drom, « Les apports de la linguistique à la théorie des contrats: Prolégomènes à une interprétation dialogique et polyphonique du contrat », (2010) 51C. de D., 51-82.

– Bélanger & A. Van Drom, « Les apports de la linguistique à la théorie des contrats: Panorama des principales théories de dialogisme et de polyphonie à inscrire au sein du phénomène contractuel », (2011) 52(1)C. de D., 37-70.

– Bélanger & A. Van Drom, “A dialogical and polyphonic approach to contract theory”, dans A. Wagner & J. Pang (dir.), Transparency, Power and Control: Perspectives on Legal Communication, London, Ashgate Publishing, 2012, 85-109.

– Bélanger & A. Van Drom, « Les apports de la linguistique à la théorie des contrats: la polyphonie du contrat, trace discursive d’une recontextualisation sociale», (2012) 53-3C. de D., 623-648.

– Ben-Dor (dir),Law and Art, Justice, Ethics and Aesthetics, New York, Routledge, 2011.

– Ewald, « Droit : systèmes et stratégies », (1986) 41Débat63.

– Ewald,L’État providence, Paris, Grasset, 1986.

– Forray, « À la croisée du droit des obligations et de l’ingénierie financière: remarques sur la nécessité sociale de l’analyse juridique » (2016) 57:1C de D25.

– Harvie Wilkinson III, «Subjective Art; Objective Law», (2010) 85Notre Dame L. Review, 1663.

– Heinich,Ce que l’art fait à la sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, 1998

– Heinich,Le triple jeu de l’art contemporain, Paris, Les Éditions de Minuit, 1998.

– Honneth,La société du mépris : Vers une nouvelle théorie critique, Paris, La Découverte, 2006, p. 282.

– H.-P. Jeudy, Les usages sociaux de l’art, Dijon, Circé / Poche, 2007.

– J.-F. Kerléo, « L’imaginaire. Un outil méthodologique d’analyse du droit », (2015) 28 Int J Semiot Law 359–370.

– R.D. Laing, Le moi divisé, Paris, Stock, 1979.

– Legendre, « Remarques sur la reféodalisation de la France »,Études offertes à Georges Dupuis, Paris, LGDJ, 1997.

– Maine,Ancient Law, Its Connection with the Early History of Society, and Its Relation to Modern Ideas (1 ed.), London, John Murray, 1861.

– Ost, « Le droit au miroir de la littérature », en ligne :www.asmp.fr/travaux/communications/2008/ost.htm

– Piron, « Vœu et contrat chez Pierre de Jean Olivi »,Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques[En ligne].

– M.-C. Prémont, Tropismes du droit : logique métaphorique et logique métonymique du langage juridique, Montréal, Thémis, 2003.

– J.-H. Smith-Lacroix & A. Bélanger, « Le droit, la statistique et l’assurance », (2012) 46(1) R.J.T., 99-129.

– Steinberg, Dante and the Limits of the Law, Chicago, University of Chicago Press, 2016.

– Supiot, « Les deux visages de la contractualisation : déconstruction du Droit et renaissance féodale », dans S. Chassagnard-Pinet et D. Hiez (dir.),Approche critique de la contractualisation, Paris, LGDJ, 2007, 19-44.

– Supiot, La Gouvernance par les nombres, Cours au Collège de France (2012-2014),Paris, Fayard, 2015.

– Villey,Seize essais de philosophie du droit dont un sur la crise universitaire, Paris, Dalloz, 1969.

Abécédaire – retour à l’index